Le boulgour est un sous-produit du blé, tout comme la farine, les pâtes ou la semoule, dont la transformation permet de conserver une bonne partie des nutriments utiles à notre organisme. Le blé est partiellement cuit à l’eau et à la vapeur avant d’être séché puis concassé. Cette transformation partielle lui permet de contribuer à apporter des fibres et des vitamines, tout en conservant un indice glycémique intéressant. Le boulgour peut être utilisé dans de nombreuses recettes au même titre que le riz ! Prêts à en savoir plus ?

Du boulgour à toutes les sauces !

Comme le riz ou la semoule, le boulgour se cuit en le plongeant dans l’eau bouillante. Il va ainsi pouvoir s’hydrater, légèrement gonfler tout en gardant une jolie fermeté en bouche. Au niveau des quantités, il faut compter 2 volumes d’eau pour 1 volume de boulgour afin d’obtenir la texture souhaitée.

Traditionnellement utilisé dans des recettes orientales, comme dans le taboulé libanais que vous pourrez retrouver à cette adresse, il peut également intégrer des préparations comme les falafels, des galettes ou un risotto. Globalement, le boulgour peut remplacer le riz dans toutes ses utilisations culinaires habituelles. J’aime particulièrement le cuisiner en pilaf avec quelques oignons émincés, tout simplement ! Cette céréale se marie très bien avec les plats de viande ou de poisson et même dans des recettes sucrées-salées. C’est un aliment facile à intégrer dans l’alimentation de toute la famille.

Les plus audacieux le cuisinent même en dessert, de la même manière que le riz au lait. Le boulgour apporte alors un peu plus de croquant et a une légère saveur de noisette. Je vous conseille d’y ajouter un peu de cannelle et de vanille, c’est délicieux.

Pour les tout-petits, il est possible d’intégrer le boulgour dès 8 mois, comme dans cette recette. Mes enfants l’apprécient tel quel ou intégré dans des galettes.

Ses atouts nutritifs

La transformation du blé en boulgour lui permet de conserver un bel apport en fibres. Ces fibres sont principalement insolubles. Elles ont un effet sur notre satiété non négligeable : leur digestion est lente, ce qui évite les fringales dans l’après-midi. Ces fibres sont également bénéfiques dans la diminution du mauvais cholestérol et ont un rôle protecteur dans le risque de cancer du côlon.

Compte tenu de son apport en fibres, l’impact des glucides du blé sur la glycémie est moindre. On parle d’un indice glycémique moyen, il est d’environ 55. Cet aliment est par conséquent plus bénéfique que le riz blanc sur la glycémie et donc plus intéressant pour les personnes diabétiques.

Le boulgour est également source de bétaïne, un acide aminé naturellement produit par notre organisme, mais dont la fabrication décroît avec l’âge. Il est alors important d’en avoir un apport alimentaire, car elle a des vertus anti-inflammatoires et agit avec d’autres éléments de notre organisme pour protéger notre foie et nos artères.

Vous l’aurez compris, le boulgour à toute sa place dans votre alimentation et devrait faire partie des vos fonds de placards !

Quelles sont vos recettes préférées avec du boulgour ? Êtes-vous prêts à le mettre sur votre liste de courses ?

Laissez un commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.