cow-809644_640Ne hurlez pas, ne sautez pas, ne vous arrachez pas les cheveux… Je vois déjà certaines personnes hurler au loup « non mais ça va pas, on ne donne pas de lait de vache à un bébé de moins d’un an » (voir même 3 ans pour certain).

Ne vous inquiétez pas, on sait bien que le lait de vache n’est pas l’idéal pour couvrir les besoin nutritionnels des petits bébés et que seuls le lait maternel et les laits industriels répondent parfaitement à ces besoins.

Cependant, il est tout à fait possible d’utiliser le lait de vache dans l’alimentation des tout-petits. Quand, comment et pourquoi, je vous dis tout !

Pas de lait de vache avant 12 mois en boisson

baby-21167_640Il est très important pour bébé que ses besoins en fer, calcium, vitamines, acides gras (etc…) soient couverts afin que sa croissance se passe à merveille. A l’inverse, il ne faut pas trop de protéines, sel (etc..) dans l’alimentation de bébé pour ne pas fragiliser ses reins qui ne sont pas matures.

Le lait est l’aliment principal de l’alimentation de l’enfant jusqu’à 12 mois, et même l’aliment unique jusqu’à 4-6 mois. Les quantités consommées sont importantes et nécessaires. Il faut donc que le lait soit adapté : lait maternel ou lait artificiel. Il en faut au moins 500 ml par jour (plus avant 6 mois).

La plupart des laits infantiles sont fabriqués à partir de lait de vache, mais leur composition est améliorée afin de répondre aux besoins nutritionnels de bébé. Ainsi ils contiennent moins de protéines (on s’approche de la teneur en protéines du lait maternel), les graisses animales sont remplacées par des graisses végétales afin d’apporter les bons acides gras nécessaires au développement du cerveau, moins de sodium (sel) et plus de vitamines et minéraux tel que le fer. Par ailleurs, il existe d’autres laits infantiles spécifiques (anti-régurgitations, pauvres en lactose, sans PLV…).

Du lait de vache dans les préparations culinaires

A partir du moment où votre bébé diversifié boit ses 500 ml de lait maternel ou artificiel par jour, vous pouvez très bien utiliser du lait de vache pour cuisiner : dans les purées par exemple ou pour la réalisation de desserts. Ce lait doit être pasteurisé ou stérilisé. On en donne pas de lait cru car les risques de contamination microbienne sont trop importants.

Si vous faites vos desserts lactés vous-même, ceux-ci sont logiquement de consommation occasionnelle, vous pouvez donc utiliser du lait de vache.

Pour les yaourts, fromages blancs et petits suisses fait-maison ou du commerce, vous pouvez en donner des natures dès 6 mois occasionnellement, mais il reste préférable de donner ceux du commerce « spécial bébé » dont la composition est plus adapté au quotidien. Après 9 mois, quand l’enfant commence à être bien diversifié, on pourra donner les laitages « d’adultes » (yaourt, fromage blanc, faisselle, petit suisse natures). Par contre, les crèmes desserts et compagnie, on évite avant 3 ans (trop gras et trop sucrés).

Globalement, retenez que si vous donnez du lait de vache avant 12 mois, vous n’allez pas empoisonner votre enfant, mais il faut que ce soit dans une quantité minime et pas au détriment du lait maternel ou infantile.

Le même raisonnement est a adopter pour les laits d’autres animaux ou les « laits végétaux » : jamais au détriment du lait maternel ou lait infantile et si besoin, demandez conseil à votre médecin !

Ceci dit, vous pouvez très bien utiliser du lait maternel ou infantile dans vos préparations culinaires ! Sachez simplement que les changements de température occasionnés détruisent une partie des nutriments et modifier le goût de ces laits.

drip-175551_640

Attention : cet article ne prend pas en considération l’individualité de chaque enfant. Votre pédiatre doit être votre source principale d’information et d’action, principalement en cas d’allergie ou de soucis de digestion.

L’objectif de cet article n’est pas de promouvoir l’utilisation du lait de vache dans l’alimentation des nourrissons, mais simplement rappeler qu’il est possible d’en utiliser avec parcimonie dans les préparations culinaires. Le lait maternel ou infantile doit rester l’aliment principal de votre bébé.

11 commentaires

  1. Ah ça c’était ma grande question lors de la diversification alimentaire. Je savais pas trop quoi utiliser : lait de vache ou faire une portion de lait en poudre dans les desserts type riz au lait ou porridge. Du coup je me prenais bien la tête
    Je pense que ton article pourra aider plus d’une maman.

    • Beaucoup de parents hésitent à délayer leurs purées maison avec du lait de vache par exemple. Certains sont même choqués de savoir que certains le font.
      Par contre, ça n’étonne personne d’en voir dans les petits plats bébé industriels… (Sauf les parents de bébés qui ne peuvent pas consommer de lait…)

      Bref, un petit point important 😉

      • Si moi ça me perturbait aussi qu’il y en avait dans les pots industriels. C’est simple s’il y avait des rajouts de lait, sel ou chimique je n’achetais pas (bon la plupart du temps c’était fait-maison chez nous). Ton article m’aurait bien aidé 1 an plus tôt 😉

  2. Merci beaucoup pour cette article. Pour mo bébé 2 j ai suivi mon instint et il était bon.
    Pour bébé 3 je ferais pareil jusqu’à 9 mois yaourt bébé et après petit suisse normal.
    Bonne journée

    • Bonjour
      « Utilisé du lait de vache » : bien sûr qu’on peut puisque comme voux dîtes la plupart des laits infantiles sont du lait de vache améliorer.
      Il y a des personnes qui n’ont pas le budget financier pour continuer le lait infantile, il peuvent donc passer sur du lait entier. Ma pédiatre me conseille pour mon fils d’alterner lait entier et lait infantile jusqu’à ses 3 ans (il a 18 mois)
      Les desserts spécial bébé c’est quand même très marketing, en plus bien souvent si on regarde la composition il y a du sucre. Finalement il n’y a rien de mieux qu’un bon yaourt fait maison nature ( au lait bio).

  3. Bonjour,

    Ma maman a été sauvée grâce au lait de vache en… juillet 1947…
    Elle ne faisait que vomir le lait maternel. Le médecin a conseillé à ma grand-mère (qui l’allaitait) de donner du lait de vache (celui de la vache laitière de la ferme familiale) à son bébé. Ma grand-mère était réticente : « Mais docteur, il contient des germes, ma fille risque de contracter des maladies ? ». Le médecin a rassuré ma grand-mère en lui demandant de faire bouillir le lait et de le couper avec un peu d’eau et il lui a précisé qu’il n’avait aucune autre solution pour sauver ce bébé, né en plein été très chaud.
    Maman est encore là et m’a donné presque le même conseil pour mon premier enfant.
    Ayant des problèmes d’allergie (nickel, acariens), j’ai commencé la diversification alimentaire lorsque mon bébé avait 6 mois. J’ai toujours utilisé du lait de vache (1/2 écrémé, en brique) pour les purées et pour tous les desserts. Je n’achète aucun dessert. Je n’achète que les yaourts, fromages blancs (en pot d’1 kg), faisselles d’1 kg ou petits suisses.
    Lorsque mon premier enfant a mis sa première dent, à 8 mois, il avait des selles diarrhéiques, ce qui est assez classique. Mon enfant était suivi par le médecin traitant de la famille. Ce médecin m’a conseillé de supprimer le lait et de mettre mon fils au régime riz très cuit, mixé avec des carottes cuites à l’eau. Cela donnait un mélange assez particulier que mon fils mangeait très bien. Puis, j’ai réintroduit les biberons de lait infantile progressivement. Mais, dès que je lui redonnais ce lait, les diarrhées réapparaissaient. donc retour au régime riz + carottes. Je vais voir mon médecin qui me dit : « C’est curieux. Votre fils doit faire une allergie aux protéines de lait, il faut le mettre au lait de soja. ». Cette nouvelle ne m’enchantait guère. Maman me téléphone pour me demander des nouvelles de mon bébé et je lui transmets le diagnostic du médecin. Maman me répond : « Qu’est-ce que c’est que ces histoires d’allergies ? Mets-le au lait de vache, coupé avec de l’eau et puis, tu verras bien. Autrefois, il n’y avait pas tant de tintouin avec les laits. Les bébés étaient mis au lait de vache et ils grandissaient bien. »
    Mon médecin m’avait fait part que les laits, soi-disant améliorés, à donner aux enfants après 1 an n’étaient qu’un pur argument commercial. Il m’avait conseillé de mettre mon fils au lait 1/2 écrémé de vache à partir d’un an. Il m’avait expliqué que les ajouts (notamment de fer) étaient tellement minimes qu’ils ne pouvaient absolument pas pallier à un déficit éventuel d’un enfant en fer (ou autre), ni apporter un complément suffisant.
    Je réfléchis aux conseils de Maman et puis, je me dis : »Au pire, il aura encore la diarrhée. Qu’il l’ait un jour de plus ou de moins, cela ne va pas changer grand-chose. ». Je commence par un repas (sur quatre) avec le lait de vache. RAS. Puis deux, trois… et quatre, ça marche ! Je ressaye de réintroduire le lait infantile et la diarrhée revient au galop. J’abandonne définitivement le lait infantile, sans comprendre pourquoi ce lait ne convient plus à mon fils.
    Pour la visite des 9 mois, je vais voir mon médecin traitant avec une certaine appréhension, n’ayant pas suivi ces conseils… Je ne lui cache rien et lui raconte comment j’ai procédé. Il me dit combien il est ravi que mon fils ne soit pas allergique aux protéines de lait de vache (et moi donc !) mais qu’il ne comprend pas ce qui a pu provoquer les diarrhées. Il me demande la marque du lait infantile et se penche sur sa composition. Il me dit que ce lait est enrichi pour faciliter le transit intestinal. Il pense, que la poussée dentaire a perturbé le transit intestinal, en plus du lait qui le stimulait. Et que, les deux combinés ont dû le stimuler à outrance et ont provoqué ces diarrhées. Il n’avait jamais vu ça… Il ne m’en a pas voulu et a continué de bien suivre mon fils, puis ses deux sœurs.

    Voilà ! Pardon pour mes longueurs. Tout cela pour vous dire que les enfants sont parfois un peu vite mis dans la catégorie « allergiques » et que vous pouvez utiliser le lait de vache 1/2 écrémé, en le coupant éventuellement avec de l’eau. Je me demande si mon médecin ne m’avait pas dit qu’on pouvait aussi donné du lait de vache entier.

    Bien sûr, je ne suis pas médecin donc tout cela est à adapter à chaque enfant en fonction de son état de santé.

    Bon courage et plein de beaux moments avec votre bébé !

    Cordialement.

  4. J interviens en tant que maman de 3 enfants qui ont survecu au sevrage du lait maternel pour passer au lait cru de vache mais également en tant que professionnelle du lait.
    Non le lait cru n’est pas plus bactericide que le lait maternel directement sorti du sein de la mère…les contenants peut être à ce propos je vous conseillerais les bouteilles et biberons en verre bien moins sensibles aux germes.votre enfants aura surement autant depisodes gastriques qu il soit nourri au lait maternel, au lait cru ou au lait indistriel.
    Et parce que certaines sont outrées de mon propos je l explique.
    Le lait celui de la mère mais aussi celui de la vache celui, de la chevre, celui de la brebis, celui de n’importe quel mammifere femelle ayant eu un petit qu’elle allaite contient la flore banale c’est à dire quil y a tous les éléments dans le lait pour satisfaire au besoin du petit (la nature n est elle pas bien faite?) Il y a les vitamines, les minéraux dont le calcium, les protéines, les lipides, l’eau, les fibres, les bonnes bactéries qui favorisent la fermentation dans l intestin et l évacuation par le chemin qu’on connaît et les anticorps.
    Dans un lait thermisé en poudre ou liquide il n y a plus rien de bon, toute la flore banale a été détruite par l echauffement. Il n y a qu à voir la composition du lait en poudre pour s en convaincre. Avez vous eu la curiosité d y goûter? Saviez vous quon y ajoute de la vanilline un produit chimique dont on sait desormais l effet cancerigene? De l aliminium?
    Sinon c’est bon …pour les industriels!

Laissez un commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.