Le RGO, reflux gastro-œsophagien, se caractérise par une remontée du contenu de l’estomac dans l’œsophage. Chez le nourrisson, il provient du manque de maturité d’un muscle, le cardia, qui referme normalement l’œsophage. Cela provoque des régurgitations et des vomissements. Dans le cas d’un RGO simple, quelques règles diététiques peuvent être mises en place, dès que Bébé peut commencer à être diversifié, afin d’améliorer cette pathologie. Ce RGO disparaît en général au moment de l’apprentissage de la marche.

 Maman Chouquette a été confrontée à cela : son fils a eu un RGO. Après avoir réussi à se faire entendre par les médecins, une diversification alimentaire précoce a été mise en place afin d’atténuer les symptômes de Bébé Chouquette en parallèle d’un traitement médicamenteux. Elle nous en parle aujourd’hui dans cette interview.

1/ Pour commencer, je te propose de te présenter, ta famille et toi.

Coucou, moi c’est Maman Chouquette, je suis la maman de Bébé Chouquette, 15 mois. J’ai 25 ans et je suis maman au foyer pour le moment. Du coup je bloggue pour m’occuper quand mon petit fait la sieste:) Je suis en couple avec Papa Chouquette depuis 9 ans.

2/ A la naissance de bébé, comment l’as-tu nourri et comment cela se passait- il ?

Bébé Chouquette est né prématuré à 34SA. Il a donc été alimenté par sonde dans un premier temps car il n’avait pas de réflexe de succion. J’ai eu une montée de lait de suite malgré la césarienne, donc nous avons fait beaucoup de tentatives pour le mettre au sein et le stimuler. Après 4 jours de vie, il a accepté le sein, mais il se fatiguait très vite donc il était souvent complété à la sonde pour reprendre du poids. Nous sommes sortis au bout de 15 jours du service de néonat car il tétait comme un chef! De retour à la maison, tout se passait très bien, j’avais beaucoup de lait, j’en donnais même au lactarium. Malheureusement après 1 mois 1/2 d’allaitement, nous avons du arrêter. J’ai eu des traitements lourds suite à mon accouchement un peu particulier donc je n’avais plus de lait du tout. Nous sommes donc passés, à regrets, à un lait artificiel.

3/ A quel moment, as-tu suspecté un RGO? Quels signes avais-tu remarqués ?

15 jours après le passage au lait artificiel, mon fils ne faisait plus de siestes (il dormait 5 minutes et se réveillait en hurlant). Pour lui donner le biberon c’était la croix et la bannière. Il mettait sa tête en arrière en pleurant et criant. Nous appréhendions beaucoup les heures des tétées car c’était visiblement un calvaire pour lui. Il mâchouillait sa langue en journée et ses régurgitations sentaient l’acide. On était épuisés par ses cris, on ne voulait plus voir personne.

4/ Qui a posé pour la première fois ce diagnostic de RGO ? Comment as-tu vécu cette annonce ?

C’est moi qui ai posé le premier diagnostic car j’en avais entendu parlé, je m’étais documentée et les symptômes étaient flagrants. Mais le pédiatre n’y croyait pas. Comme je ne suis pas médecin, je n’ai pas osé insisté au début. Il me faisait sentir que j’étais une jeune maman et donc un peu parano. Mais je voyais mon fils souffrir et ça ne pouvait plus durer. On le vivait mal, mon entourage aussi, voir son bébé dans cet état c’est très dur. Je déprimais, je me sentais seule. Je ne pouvais calmer mon fils qu’en écharpe dans laquelle il passait ses journées. J’ai du taper du point sur la table mais on a fini par me donner un traitement et un lait AR (anti régurgitations). Ça a mis un peu de temps à se réguler mais les traitements se sont avérés efficaces, c’était bien un RGO. Dans notre cas, il serait dû à la sonde d’alimentation de néonat qui aurait endommagé le clapet de l’estomac.

5/ Qu’est ce qui a été mis en place et par qui ? Comment s’est décidé l’idée d’une diversification précoce ?

Il avait donc un traitement IPP (inhibiteur de la pompe à protons): l’inexium, ainsi que du Gaviscon et du Motilium. Ainsi qu’un lait AR épaissit, c’est le pédiatre qui nous a prescrit tout ça. Nous nous trimbalions un arsenal de médicaments partout où nous allions. C’était vraiment difficile à vivre pour lui et pour nous. On ne le faisait pas ou peu garder par peur que les gens donnent mal les médicaments. Puis j’ai demandé au pédiatre quand le RGO passerait et comment arranger les choses. Il a commencé par me dire que lorsqu’il tiendrait assis ça se tasserait. (Mais cette étape est arrivée après la diversification.) Et finalement il nous a dit que s’il mangeait un peu plus solide, plus consistant ça irait peut-être mieux. Je n’ai pas hésité une seconde.

6/ Concrètement comment ça c’est passé ? (Âge de bébé, aliments introduits et sous quelle forme, comment bébé l’a accepté…)

Déjà nous avions remarqué qu’il en avait marre du lait, du coup un jour je suis passée au supermarché acheter un plein de légumes ainsi que des légumes aux céréales en sachets, à mélanger au biberon pour voir. Il avait 3 mois 1/2. Nous avons commencé par les fameux sachets. C’était pénible à doser car il avait déjà un lait épaissit mais qu’importe. Il dévorait! Il descendait les biberons comme jamais ce n’était arrivé et il régurgitait de moins en moins. Il semblait plus « calé ». Nous étions super contents de cette avancée. Puis nous avons introduit les légumes le midi, en commençant par la carotte. Dans un premier temps il n’a voulu que les légumes oranges (carotte, potiron, courge butternut, citrouille, patate douce, etc) Puis nous avons introduit la courgette. En parallèle, nous avons commencé à faire des goûters avec de la compote. Je privilégiais la poire, moins acide que la pomme (déjà qu’il avait un reflux acide je ne voulais pas en rajouter). Je mixais tout. Je me serais bien lancée dans la DME (Diversification ménée par l’enfant) avec bébé Chouquette mais le pédiatre me l’avait déconseillé car, à cause du RGO, il avait un reflux mécanique lorsqu’on lui présentait des morceaux. Il était écœuré, les petits ou gros morceaux ne passaient pas du tout donc nous n’avons pas insisté. Puis nous avons intégré les yaourts au goûter vers 6 mois et la viande par petites doses le midi.

Malgré qu’il n’ai sorti sa première dent qu’à 9 mois, nous avons quand même introduit les gâteaux rapidement au goûter. Il se servait tout seul donc nous l’avons laissé faire. Comme les boudoirs fondent dans la bouche il n’avait pas cet écœurement dû aux morceaux. Et la diversification a petit à petit réglé le RGO.  Ce n’est pas venu d’un coup bien sûr mais ça a été très efficace. Nous avons eu de la chance car Bébé Chouquette n’a pas eu de vrais soucis avec la nourriture. Aujourd’hui il mange de tout, du moment que ça se mange (il mange aussi du papier et des feuilles mais bon…)

7/ Maintenant, quel âge a bébé? Comment se passe son alimentation ?

Bébé Chouquette a 15 mois. Nous avons eu des doutes sur son alimentation pour ses 7 mois car il s’est mis à refuser les biberons. Ce qui posait vraiment problème. Donc nous avons dû lui donner des yaourts le matin dans un premier temps. Aujourd’hui nous lui donnons du lait de croissance épaissi à la blédine (pour qu’on puisse le donner à la cuillère), c’est un peu pénible mais c’est comme ça. J’aimais beaucoup le moment câlin du biberon, ça me permettait de retrouver un peu ces instants de calme et de sérénité que j’adorais avec l’allaitement. Aujourd’hui c’est un gros mangeur, il mange de tout. Les morceaux ont mis un peu de temps à passer, mais depuis ses 1 an il les accepte sans soucis. Il mange tout seul et se débrouille bien, je n’ai pas d’inquiétude: il ne se laisserait pas mourir de faim 🙂 On essaye au maximum de lui faire manger comme nous et aux mêmes horaires car il adore être à table avec nous. Le RGO a totalement disparu vers 9 mois. Malgré quelques récidives lors des poussées dentaires au début, maintenant c’est de l’histoire ancienne.

8/ Aurais-tu des conseils à donner aux autres parents dont l’enfant est touché par le RGO ?

Ne restez pas seuls. C’est très très dur à gérer car on ne sait pas comment son enfant va se comporter donc on a tendance à s’isoler, par honte, ou par épuisement. Mais il ne faut pas hésiter à se faire relayer pour ne pas craquer. C’est aussi souvent une vraie bataille avec les médecins. Le RGO c’est le mal du siècle. Il y a eu beaucoup d’articles dans les magazines qui dénoncent le fait que des bébés sont traités pour rien. Du coup les médecins, par réaction, sont plus frileux quand il s’agit de donner un traitement. Et pourtant il y’a de « vrais » cas, des bébés et enfants en souffrance qui ont besoin d’être soulagés. Il ne faut pas hésiter à demander plusieurs avis, à changer de pédiatre ou de médecin si vous ne vous sentez pas écoutés. Cherchez un vrai soutien auprès du corps médical et imposez-vous. Parfois, passer par des méthodes alternatives comme l’ostéopathie peut s’avérer miraculeux. Pour nous la révélation ce fut la diversification. Nous savons que nous avons de la chance, pour certains enfants c’est beaucoup plus long. Souvent la marche est salvatrice et règle le RGO. Courage!

Merci beaucoup Maman Chouquette d’avoir répondu à mes questions de façon aussi précise et concrète. Je suis certaine que ce témoignage parlera à beaucoup de parents qui suspectent un RGO ou le vive actuellement avec leur enfant.

Vous pouvez retrouver Maman Chouquette sur son blog. Elle est super !

18 commentaires

  1. Article très intéressant, merci pour cette interview! Mon bébé n’a pas été touché mais j’ai un peu lu sur le sujet et c’est toujours intéressant d’avoir le témoignage de quelqu’un qui a vécu ça. Je ne savais pas que la diversification pouvait enrayer ce problème, bon à savoir! Bisou

  2. Bonjour, très bon article dans lequel j’ai retrouvé cette sensation d’être démuni face à un bébé qui souffre de RGO. Cette affection est vraiment éprouvante pour un bébé. Comme il est dit dans l’article, ne restez pas seul face à ce mal, cherchez et testez un maximum de solutions et ne baissez pas les bras.

  3. Merci pour ce témoignage !
    Nous ça a commencé à 10 jours (il est né avec presque un mois d’avance et ça n’a pas du aider pour la maturité du clapet…). Refus catégorique de la position horizontale, un bébé jamais apaisé, jamais serein qui passait des heures au sein car le fait de têter lui permettait de ne pas avoir de remontée acide pendant qu’il têtait. Le reste du temps : des hurlements non-stop. Finalement il était cerné, absent. Il a dormi (dormir étant un bien grand mot…) pendant 3 mois dans le cosy, la position l’arrangeait, il n’était bien que dans l’écharpe. Siestes entrecoupées de hurlements, sans parler des nuits… et du manque total de soutien environnant dont mon mari : absent sauf du pédiatre qui me donnait du courage pour être patiente. J’étais malade de tous ces medicaments. Ça l’arrangeait, un peu seulement. J’avais l’impression de l’empoisonner. L’osteo lui a fait du bien, un peu. On n’a trouvé aucun lait qui lui convenait, en fait il s’ est avéré qu’il est aussi intolérant au lactose….. tatonnements, echec, stand-by, les semaines passent, tu n’en vois pas le bout. Mode survivor et rien d’autre. Fatigue extreme bien sûr… Ton enfant n’est pas bien, personne n’est bien, même le couple se disloque. Tu ne sais pas t’y prendre, reproches, doutes. « Tu l’habitues trop aux bras ce petit, laisse le pleurer » il ne pleure pas, il hurle de douleurs. Un jour j’ai craqué, je l’ai laissé pleurer, 2h30 apres il hurlait toujours… petite amelioration à 6 mois quand il s’est tenu assis. Avec l’alimentation solide aussi : ne pas hesiter à faire très epais, à mixer du riz. Pour nous les morceaux ca passait tres bien, on faisait la dme en plus, il aimait manger (et aime toujours). Amelioration très visible à 9 mois, il passait ses journées à se tenir debout. Dans son lit, un plan incliné pour ne pas être trop horizontal. C’est rentré dans l’ordre à 10 mois et demi quand il a commencé à marcher (oui du coup il était un peu pressé de marcher !!!). 1ere nuit complète la semaine suivante. C’était bien de douleur qu’il se reveillait. Aujourd’hui il a 19 mous et c’est un ange adorable qui n’a aucun souci et qui est très facile à vivre !
    Il faut bien s’entourer quand c’est possible et essayer de donner le relai de temps en temps car c’est vraiment très difficile à vivre.
    Je ne regrette pas cette période, je n’ai juste pas vraiment connu ce que c’est d’avoir un bébé (le tenir tout relaxé dans vos bras, le regarder sourire aux anges, le laisser babiller une heure dans son lit), mais on a su traverser ça mon fils et moi et j’ai l’impression que tout peut nous arriver maintenant, on saura passer les autres epreuves. Un vrai rite initiatique ! Aujourd’hui tout cela est loin et je positive en me disant que ça nous a donné beaucoup de temps ensemble, on se connaît vraiment bien et on est très proche ! Du courage à tous les parents qui sont en plein dedans…

    • Merci Yaye pour ton témoignage. En effet cela a du être terrible à vivre, jusqu’à ce que le couple en prenne un coup… outch !
      On se rend vraiment compte a quel point l’entourage est important pour souffler etc.
      A plus

      • Bonsoir maman d’une fille de 6 mois qui souffre encornent d’un rgo je suis épuisée seule et tout les médecins ne prend pour une folle.. pour eux j’ai l’impression que c la santé qui prime plutôt que le bien être… j’ai honte je vie un calvaire et je compte passer rapidement à la diversification merci

  4. Mon bébé superman a un reflux aussi il a 8 mois et demi depuis qu’il tiens assis ca va beaucoup mieu meme s’il a encore des crises.il a hurler de douleur pendant un mois,comme dans le témoignage il dormait très peu 5 a 10 minutes pas plus er uniquement dans son transat.A bout j’ai changer de lait que j’avais depuis la mat pour un lait AR mais le resultat n’était pas au rendez vous.En plus de ses régurgitations il souffrait de colliques,je me suis tournée vers un ostéo.Mon bébé souffrait a cause de son reflux,des ses colliques mais en plus il avait les cervicales de bloquées suite a mon accouchement interminable!!!….j’imagine les souffrances qu’il a endurer pendant son 1er mois de vie.De la le médecin m’a prescrit du gavscon très vite remplacé par du toopal car bébé superman refusait d’avaler le gaviscon.J’ai du rechanger de lait toujours AR mais d’une autre marque.Avec tout cela il a été vite soulagé mais le repis a été de courte durée…j’ai du changé une nouvelle fois de marque de lait et la…..MIRACLE!!!son reflux a diminuer,la prise du toopal avec de 4 prises on est passé a 2.
    Il avait du mal a prendre ses 4 bibs avec ou sans blédine a 3 mois et 3 semaines cela devenait invivable on a donc commencer la diversification a cuillere mais c’etait ma cata le reflus est revenu de plus belle.Je m’etais les legumes et les fruits dans le lait ca passait bien.mais il c’est vite lassé,on a alors recommencer a la cuillere,les petits pots étaient fait maison ce coup ci!!!un pur bonheur et un régale pour bébé superman.
    Le reflux a diminué avec le temps,un peu plus encore depuis qu’il tiens assis.Je fais attention a l’alimentation proposée,il a toujours son lait AR (j’ai essayer les brique de lait aromatisé pour le matin pas compatible pour bébé superman).Il ne souffre plus du tout.je garde toujours un flacon de toopal sous la main au cas ou.
    Il est fragile au niveau des cervicales apres sa 1ere visite chez l’ostéo j’ai du le ramener en urgence 1mois apres ces cervicales étaient de nouveau coincées ce qui a accentué le reflux.
    Comme il reste fragile si ca recommence il y a des chance pour que son reglux revienne….on croise les doigts que non.
    Le reflux est douloureu pour certain bébé pour d’autre non mais nous en tant que parents c’est aussi difficile,voir son bébé souffrir et ne rien pouvoir faire pour le soulagé appart le prendre contre sois.
    Il faut aussi s’adapté chez nous on ne fais rien dans la demi heure ou bebe superman a manger surtout bu son bib du matin sinon c’est repartit quand j’emmene mon grand a l’ecole il boit son bib de retour la maison etc…

    • Merci pour ce témoignage. Celui-ci permet de voir que le chemin est parfois compliqué, qu’il faut essayer encore et toujours de nouveaux laits, d’autres médecines en parallèle de la traditionnelle comme l’ostéo… mais qu’au final, cela finit par s’améliorer,petit à petit.
      Toute la famille doit être soudée, c’est une période difficile vivre pour les parents, souvent impuissants devant le douleur de l’enfant…
      Bébé superman est un petit héros en couche ! tout va bien pour lui maintenant, ton témoignage est plein d’espoir pour tous les parents qui sont confrontés au RGO 🙂

      merci !

  5. Je voulais vous donner mon témoignage: Bébé 3 allaité on a passé 2 semaines de rêves puis hop il s’est mis à pleurer tout le temps, se raidir, jeter la tête en arrière machouiler sans vraiment regurgiter on voyait qu’il ravaler tout ce qui remonté. On a alors trouver un produit miracle: des probiotiques. Un sachet par jour dans un peu d’eau sucré. En 3 jours bébé s’est calmé, c’est mis à sourire et a être détendu. Aujourd’hui bébé a presque 6 mois on fait des petites cures de probiotiques de temps en temps quand on voit qu’il galère un peu mais on est vraiment content d’avoir trouver ce remède. Maintenant on se tâte pour la DMe … Affaire a suivre..

  6. Merci pour ce super témoignage et qui redonne du courage! Bébé a un rgo depuis sa naissance et autant dire que l on a galère avant que les médecins admettent que le gaviscon et l’ait ar ne suffisait pas! Quand l inexium a enfin fait effet miracle bébé à fait ses nuits!
    Mais le rgo signifie aussi mega colique à cause de la caroube du lait ar et bcp de pleurs… c’est en effet très dur à gérer surtout quand on a personne pour aider (même si avec les médicaments c’est dur le laisser)
    Aujourd’hui il a 4,5 mois et on commence juste la diversification! Je croise les doigts pour que cela cesse car c’est épuisant de voir son bébé se tordre de douleurs… entre coliques et rgo on désespère…
    En tout cas mzrciii

  7. Bonjour à toutes merci pour vos commentaires je me sens moins seule je sors de 5 jours d hospitalisation pour la 2nd fois pour un RGO les pédiatres ne sont pas d accord entre œsophagite causant la diminution de la prise des biberons (après la 1ere hospitalisation pour ses 1 mois elle avait du gaviscon inexium et lait épaissi.) changement de lait Gallia ar ma fille ne supporte pas la caroube se vide pdt 2 jours et commence à diminuer ses prises alimentaires elle était montée entre 90 ml et 120 ml puis redescendu à 60 ml. Je retourne à l hôpital et la arrêt des traitements.. Suspicion intolérance au lait de vache or les analyses sont négatives après 48h ma fille refuse de prendre le lait à peine 30 ml perd du poids changement de lait et quantité d inexium à 3 ml résultat après a peine 2 jours hurlement jour et nuit une nouvelle pédiatre suspecte un œsophagite remonte la dose d inexium et doliprane en plus pour la soulager elle reboit 60 ml même 90 ml! Ce matin la 1er pédiatre repasse me signale que le diag de sa collègue n’est pas bon et qu’il s agit d une intolerance au lait de vache bilan je ne sais plus quoi faire on m’a laissé sortir de la maternité en m expliquant que le traitement actuel ne fonctionnera pas et qu à la prochaine crise je n aurais qu’à passé sur un lait sans protéine de lait de vache… Bref je suis perdue et anxieuse

Laissez un commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.